Accueil // Les Bourses // Musicien // Laura Cahen
LAURÉATE DE LA BOURSE
2020

Projet : accompagner la sortie de son deuxième album, Une fille, en créant une identité visuelle (clip, scénographie…)

L'album est sorti le 7 mai 2021 sur le label Pias. 

La musique, une histoire de famille. Laura voulait faire comme ses frères avec qui elle a plus de quinze ans d’écart. L’un est ingénieur du son, l’autre bassiste. Enfant, Laura se lance donc dans la musique. Elle commence le piano à quatre ans, le violon à sept, chante à dix ans. Sa vocation :  devenir chanteuse. Ses parents, tous deux psychiatres, l’encouragent.

« La mode n’était plus aux interprètes » constate Laura. Elle commence alors à écrire ses propres chansons. Quel genre ? « Une pop mélancolique et atmosphérique. » C’est aussi la période des révélations des premiers concerts, dans les bars et des festivals. Elle écoute Aretha Franklin, Portishead, Barbara, Feist et Lhasa de Sela… Après le lycée, elle intègre la Music Academy International de Nancy. Les journées filent au rythme de la musique. Laura est dans son élément. Après un premier EP (en 2012), un 45 tours (en 2015), un deuxième EP (en 2015), Laura enchaîne les dates de concerts et les prix artistiques. Exemples, entre autres : elle devient lauréate du Fair et Inouïe du Printemps de Bourges en 2013 et obtient le Prix du jury Tremplin Jacques Brel en 2014.

Son premier album « Nord » sort en 2017. Laura le décrit ainsi : « C’est un album onirique, organique, au souffle épique et aux envolées lyriques. »  C’est aussi un voyage musical dans son passé, elle y parle de sa famille, de ses ancêtres. Si cet album est signé en édition chez Wagram Publishing, il a été produit et diffusé de manière indépendante. « C’est une expérience positive et formatrice qui m’a permis de m’affirmer et m’a offert l’opportunité d’être plus accompagnée pour la suite de mon parcours. »

La suite, c’est donc Une fille, dont la sortie est prévue pour le printemps 2021 sur le label Pias. « Nous travaillons sur un son beaucoup plus sec que mon précédent album, assez minimaliste, où la voix et l’histoire seront au centre. » Pour les thèmes, Laura avoue écrire et chanter de manière plus directe, assumer plus franchement ses désirs, ses peurs, son engagement féministe, son rapport à la vie et à l’amour, à la mort et au temps. « La poésie et l’onirisme persistent mais sur un mode plus brut. » Ses influences ? « Les fougueux poètes français » : Bertrand Belin, Camille, Barbara, Brigitte Fontaine ou encore Philippe Katerine.
 
Ecrire, dit-elle
La musique est un engagement. Sa façon de travailler est très intuitive, bien que le métier, difficile, soit aussi très technique. « Ce n’est pas nécessaire à la vie – on ne sauve pas de vie, comme les médecins – mais en même temps, on ne peut pas vivre sans art. » Écrire, c’est transformer le réel. « Pour l’écriture, j’ai repéré que je fonctionne comme une éponge : j’ai besoin d’emmagasiner des émotions, des informations. » Comme beaucoup d’artistes, Laura se nourrit de la vie des autres. « Ça peut aussi être un film, une lecture, d’un coup, quelque chose se percute en moi. » On part toujours d’une émotion, d’un mot, d’une image et on essaie de dérouler une histoire. « Il me faut du calme aussi. Ou plutôt une certaine dose de sérénité. » Elle ajoute : « La musique est aussi le reflet d’une époque. »
 
La bourse
L’univers musical de son nouvel album est très cinématographique. Les chansons évoquent des images fortes, des ambiances, des personnages… Sous l’égide de son directeur artistique Jack Antoine Charlot, spécialiste de l’image, elle aimerait accompagner la sortie du disque d’une série de clips qui constitueraient des facettes possibles et visibles des morceaux. « L’idée serait de mettre en scène à chaque fois une actrice différente. » Elle se reprend : « une fille différente » – clin d’œil au titre de l’album. Laura a déjà quelques noms d’actrices en tête, des stars charismatiques ou de jeunes révélations. « On veut aussi travailler le graphisme, la scénographie, comme on pense une affiche de cinéma. Tout se tiendrait d’un bloc cohérent et complémentaire. »

La bourse va l’aider à créer une identité visuelle associée au disque. Elle lui permettra aussi de s’entourer d’une équipe artistique de talents. Elle a déjà des noms, de réalisatrices ou de chef opératrices. « La présentation d’un second album représente un cap décisif, charnière pour un artiste. Je souhaite me donner les moyens d’installer dans les consciences une vision forte, impactante et durable de ma musique. »

Actualités

Laura cahen a sorti son album "une fille"
Laura Cahen a sorti le 7 mai son album Une Fille, pour lequel elle a reçu la bourse de la FOndation Jean-Luc Lagardère.