Accueil // Actions // Lire Pour En Sortir : la réinsertion par la lecture

Lire Pour En Sortir : la réinsertion par la lecture

La Fondation poursuit son soutien à l’association Lire pour en Sortir, qui permet la réinsertion de personnes détenues par la lecture et l’écriture. Elle a par le passé grandement contribué à la modification du code de procédure pénale en rendant la pratique d’activités culturelles éligible à des réductions de peine.

Le programme personnalisé de lecture, dispositif phare de l’association, offre la possibilité aux détenus volontaires d’obtenir des réductions de peine grâce à la lecture de livres suivie par la rédaction de fiches de lecture. Le programme a déjà bénéficié à plus de 5 364 personnes dans 24 prisons en France métropolitaine et dans les DOM-TOM. 

« Nous sommes traités comme des personnes à part entière et non plus des détenus. Nous redevenons, l’espace de deux heures, des êtres humains et plus un numéro d’écrou. » -D. Détenu à Nice
 
En parallèle du programme de lecture, l’association organise des rencontres entre auteurs et lecteurs dans les établissements partenaires. Un moment d’échanges et de discussions pour le plaisir de tous ! Plusieurs lauréats de la Fondation Jean-Luc Lagardère ont ainsi pris part à ces rencontres. C’est par exemple Marin Fouqué (lauréat 2019), qui en 2020 est venu présenter son livre 77 et partager un bon moment littéraire.
 
Pour la deuxième année, Lire pour en Sortir a organisé avec succès son concours d’écriture donnant ainsi l’opportunité d’écrire à ceux qui sont en prison.

L’édition 2021, intitulée « La vie devant soi », a inspiré plus de 132 autrices et auteurs (personnes détenues et membres de l’administration pénitentiaires) au sein de 35 établissements. 8 prix au lieu de 5 ont été attribués, dû à la qualité des écrits reçus.

En 2021, la Fondation Jean-Luc Lagardère soutient tout particulièrement le nouveau programme de l’association, Lire en famille, à destination des parents détenus et de leurs enfants. L'objectif : lutter comme l'altération des liens familiaux, liée à l'éloignement du lieu de détention, à la rupture d'une relation quotidienne ou à des situations conjugales conflictuelles. Les parents peuvent choisir un à quatre livres de jeunesse par an, qu’ils s’exerceront à lire à voix haute avec un bénévole de l’association pour ensuite le remettre à leur enfant au parloir.
 

« Grâce à l’implication de nos bénévoles, ce programme rencontre un vif succès. Le nombre de participants et de livres lus en témoigne. Ce succès démontre aussi que pour tout le monde, lire et apprendre constituent des besoins vitaux. » - Leïla Slimani, marraine de l’association. Regardez la vidéo entière ici.
 

Plus d’informations sur le site de Lire pour en Sortir.