Accueil // Actions // 8ème Édition du Prix de la littÉrature arabe

8ème Édition du Prix de la littÉrature arabe

Le Prix de la littérature arabe, créé par l’Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère, a cette année été décerné à l’écrivain soudanais Abdelaziz Baraka Sakin pour son roman Les Jango (Éditions Zulma), traduit de l’arabe par Xavier Luffin.

Dans ce roman qui le conduit à l’exil, l’auteur traite avec finesse de la révolution populaire soudanaise. Le jury de cette 8e édition, co-présidé par Pierre Leroy, cogérant de Lagardère SCA et Alexandre Najjar, écrivain et responsable de L’Orient littéraire et composé de personnalités du monde des arts et de la culture ainsi que de spécialistes du monde arabe, a salué « un roman surprenant de verve et de force politique où l’auteur mêle avec bonheur le fantastique et l’humour dans une intrigue très habilement construite ». Le jury a également tenu à souligner l’excellente traduction du livre par Xavier Luffin.
 
Une mention spéciale (dotée de 5000€) a été attribuée à l’écrivaine libanaise Dima Abdallah pour son roman Mauvaises herbes (Éditions Sabine Wespieser). Le jury a souhaité récompenser « un premier roman émouvant, fort bien écrit, qui raconte l’histoire d’une double perte : celle d’un pays et celle d’un père ».
 
Ce prix (doté de 10 000€) récompense chaque année l’œuvre d’un écrivain ressortissant de la Ligue arabe. Il est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe. Remis en plein temps fort de la rentrée littéraire, il s’inscrit dans la volonté de la Fondation Jean-Luc Lagardère d’encourager le dialogue entre les cultures et de contribuer à la promotion en France d’une littérature encore trop souvent privée d’écho.
 
Abdelaziz Baraka Sakin succède à l’égyptien Mohammed Abdelnabi qui avait reçu le Prix de la littérature arabe en 2019 pour son roman La Chambre de l’araignée (Actes Sud /Sindbad), traduit de l’arabe par Gilles Gauthier.

Voir le communiqué de presse